Photo d'un couple homme femme avec un enfant signant un contrat avec une conseillère

À quel âge investir dans une assurance vie ?

Sommaire

La souplesse et la grande autonomie dont disposent les épargnants pour effectuer des versements ou des retraits de leur assurance vie font partie des raisons évidentes qui expliquent le succès de ce placement financier. À tout moment, il est possible d’investir la somme de son choix et de profiter d’une rentabilité élevée, dans un cadre fiscal avantageux. Néanmoins, les règles diffèrent selon votre âge…

Ooinvestir vous explique comment et à quel moment investir le plus judicieusement dans votre assurance vie.

Qu'est-ce que l’investissement en assurance vie ?

L’investissement en assurance vie se caractérise par sa simplicité :

  • Vous souscrivez auprès d’un assureur ou d’une banque. Un montant minimum de quelques centaines d’euros est généralement obligatoire.
  • Vous alimentez ensuite à votre rythme votre compte. Vous pouvez mettre en place un virement mensuel ou bien choisir de n’effectuer des versements de prime que de façon occasionnelle : c’est vous qui décidez !
Embedded script : CTA - MonPetitPlacement - Placement - 30% remise
Click me

L’assurance vie vous permet ainsi de vous constituer une épargne dont vous pourrez profiter à terme soit sous forme de rente, soit sous forme de capital dont vous pouvez disposer librement pour mener à bien vos projets.

Contrairement à une idée reçue, les sommes investies sur une assurance vie ne sont pas bloquées. Vos fonds restent disponibles et vous pouvez effectuer à tout moment un retrait total ou partiel. Un rachat total entraînera la clôture du contrat.

Même si votre épargne reste disponible, le cadre fiscal qui s’applique aux intérêts générés est bien plus favorable à partir de 8 ans d’ancienneté.

Avec l’assurance vie, vous devez aussi choisir sur quel type de placement investir.

L’assurance vie en fonds euros

C’est la solution la plus sécurisée. Avec cette formule, vos fonds sont garantis et investis sur des produits ayant un risque maîtrisé, comme des obligations d’État. Néanmoins, la rentabilité sera plus faible, avec une performance moyenne de 1,3 % en 2021 pour les fonds euros en France. Un rendement qui reste cependant largement supérieur aux livrets réglementés, tels que le livret A (0,5 % en 2021).

L’assurance vie en unité de comptes (UC)

Avec cette option, les sommes sont investies sur des fonds adossés aux marchés financiers, comme des actions. Vous êtes donc davantage exposé au risque, avec une possibilité de perte de capital. En 2021, le rendement moyen des unités de compte affichait 9 %. En effet, plus votre investissement est perméable au risque, plus la rentabilité sera importante. Cependant, il existe différents types d’unités de compte, plus ou moins risquées. Vous pouvez ainsi choisir le placement qui correspond à votre profil d’investisseur et à votre volonté, ou non, de vous lancer sur des produits financiers davantage sensibles aux mouvements de la bourse.

L’assurance vie multi-supports

Avec le multi-supports, vous choisissez la répartition de votre épargne : quelle part placer en fonds euros et quelle part en unité de comptes ? De quoi moduler les risques selon vos besoins et vos attentes.

Faible, modéré, risqué… La plupart des assureurs vous proposent de choisir un profil d’investisseur. Un profil modéré sera par exemple constitué de 50 % de fonds euros et de 50 % d’unités de compte. La gestion est ensuite pilotée automatiquement, vous ne vous occupez plus de rien.

Pourquoi investir dans l’assurance vie ?

Si les épargnants français reviennent clairement vers l’assurance vie , c’est en raison des nombreux avantages qu’elle procure aux épargnants.

La souplesse

Avec l’assurance vie, votre épargne n’est pas bloquée pendant une durée indéterminée. Au contraire, elle reste disponible à tout moment. Le temps d’effectuer les démarches auprès de votre assureur et de débloquer les fonds, quelques jours suffisent pour récupérer tout ou partie du capital constitué. De quoi dépanner en cas de coup dur ou pour compléter le financement d’un projet. Autre atout : effectuer un rachat partiel n’entraîne pas la clôture du contrat, et vous pourrez de nouveau alimenter votre compte quand vous le souhaitez, tout en conservant son antériorité.

L’adaptabilité

L’assurance vie s’adapte à votre profil d’épargnant. Que vous soyez plutôt du genre prudent ou prêt à vous lancer sur des produits beaucoup plus exposés aux marchés financiers pour espérer une rentabilité bien plus élevée, l’assurance vie répond à vos besoins. Si l’immobilier vous attire, vous pouvez miser sur la pierre papier avec l’achat de parts de SCPI (société civile de placement immobilier) via votre compte. De plus, vos choix ne sont pas gravés dans le marbre :vous pouvez effectuer un arbitrage pour réduire ou augmenter votre risque.

La constitution d’une épargne

À votre rythme, vous constituez progressivement une épargne qui va fructifier grâce aux intérêts perçus. Vous pouvez alimenter votre contrat de façon régulière, par exemple avec un versement mensuel, ou bien de façon exceptionnelle, si vous souhaitez par exemple mettre de côté une prime de fin d’année. In fine, après plusieurs années, vous disposerez d’un complément de revenus à la retraite ou d’un capital pour financer un projet.

La transmission

L’assurance vie dispose de ses propres règles en matière de succession. En effet, vous devez désigner un ou plusieurs bénéficiaires en cas de décès, et déterminer la répartition entre eux.

Un abattement fiscal s’appliquera pour chaque bénéficiaire, dans la limite de 152 500 € par personne pour les primes versées avant vos 70 ans. Le bénéficiaire est votre conjoint, par mariage ou par PACS ? L’exonération sera alors totale !

La fiscalité

En matière d’assurance vie, la fiscalité ne s’applique :

  • qu’en cas de rachat, total ou partiel ;
  • et uniquement sur les gains perçus.

Mais le niveau d’imposition dépend de l’ancienneté de votre contrat. Après 8 ans d’ancienneté, l’administration fiscale vous offre un cadre beaucoup plus avantageux :

 

Versement avant le 27 septembre 2017

 

Versement après le 27 septembre 2017

 

Contrat entre 0 et 4 ans

35 % ou barème de l’impôt sur le revenu

+ 17,2 % de prélèvements sociaux

12,8 % de prélèvement forfaitaire

 + 17,2 % de prélèvements sociaux

Contrat entre 4 et 8 ans

15 % ou barème de l’impôt sur le revenu

+ 17,2 % de prélèvements sociaux

12,8 % de prélèvement forfaitaire

+ 17,2 % de prélèvements sociaux

Contrat de plus de 8 ans

7,5 % de prélèvement forfaitaire

+ 17,2 % de prélèvements sociaux

7,5 % de prélèvement forfaitaire

+ 17,2 % de prélèvements sociaux

Quand souscrire un contrat d’assurance vie ?

Premier conseil en matière d’assurance vie : mieux vaut se lancer dès que possible dans la souscription de votre contrat. En effet, la fiscalité sur vos rachats change si votre retrait est effectué :

  • moins de 8 ans après l’ouverture : 30 % d’imposition sur vos gains générés (pour un versement après le 27 septembre 2017) ;
  • plus de 8 ans après l’ouverture : 24,7 % d’imposition sur vos gains générés (pour un versement après le 27 septembre 2017).

Même si, dans un premier temps, vous n’envisagez pas forcément d’alimenter forcément votre compte ou si vous n’en avez pas les moyens dans l’immédiat, il reste cependant utile de souscrire sans attendre un contrat pour commencer à faire courir son ancienneté et profiter, dès les 8 ans révolus, de la meilleure fiscalité possible.

Tout au long de votre vie, vous pouvez ainsi alimenter votre assurance vie et faire évoluer votre profil, en allant progressivement vers des placements de plus en plus sécurisés, au fur et à mesure que la retraite approche pour vous prémunir de toute mauvaise surprise et garantir votre capital.

La 2e règle concerne votre âge au moment des versements.

Embedded script : CTA - MonPetitPlacement - Placement - 30% remise
Click me

Primes versées avant vos 70 ans

Dans un contrat d’assurance vie, vous êtes tenu de remplir la clause bénéficiaire. Vous indiquez ici, en cas de décès, à qui attribuer les sommes accumulées et selon quelle répartition. Vous avez la possibilité de modifier votre clause bénéficiaire à tout moment.

Pour toutes les primes versées avant vos 70 ans, chacun de vos bénéficiaires a droit à un abattement de 152 500 €sur les sommes perçues : en clair, il ne paie aucun impôt sous ce seuil, qui prend en compte la totalité des contrats d’assurance vie de l’assuré.

Un cadre fiscal particulièrement avantageux, puisqu’aucuns frais de succession ne s’applique donc sous ce montant. 

Primes versées après vos 70 ans

En revanche, les primes versées après vos 70 ans bénéficient d’un cadre moins avantageux, puisque cette fois l’abattement est fixé à 30 500 € par bénéficiaire.

Peu importe l’âge de versement des primes, les sommes dépassant l’abattement relèvent, au choix du bénéficiaire :

  • de l’imposition selon le barème des droits de succession ;
  • ou d’un prélèvement forfaitaire libératoire de 20 %.

Dans tous les cas, le conjoint (par mariage ou par PACS) bénéficiaire d’un contrat d’assurance vie dispose d’une exonération totale.

  1. La fiscalité de l’assurance vie devient optimale 8 ans après son ouverture : mieux vaut souscrire sans attendre.
  2. Tout au long de votre vie, vous pouvez faire évoluer le profil de risque de votre contrat avec la logique de le sécuriser progressivement pour garantir votre capital à la retraite.
  3. En cas de décès, vos bénéficiaires bénéficient d’un abattement de 152 500 € pour toutes les sommes versées avant vos 70 ans. Au-delà, l’abattement est plafonné à 30 500 €.
icon
Investir facilement en assurance vie
  • Produits premiums
  • Fiscalité avantageuse
  • Accompagnement sur mesure
Je découvre
Conseils
Je découvre

Haut de page