Mains sur une calculatrice et devant un document d'arbitrage en assurance vie

L'arbitrage en assurance vie, comment ça marche ?

Sommaire

L'assurance vie vous offre une gamme variée de supports financiers. Leurs niveaux de risques ou de rendements potentiels varient selon leur nature et l’état du marché. Avec l’arbitrage, vous avez la possibilité de réallouer les avoirs de votre portefeuille vers d’autres supports, en fonction des fluctuations du marché. Objectif : maximiser les performances et le rendement de votre investissement. Focus sur cette technique de gestion des contrats d’assurance vie avec Ooinvestir.

Qu'est-ce que l'arbitrage en assurance vie ?

Les contrats d’assurance vie se déclinent généralement en 2 types :

  • l’assurance vie monosupport : ce type d’assurance vie est constitué uniquement d’un fonds euros. Il s’agit d’un fonds à capital 100 % garanti, principalement investi dans des obligations et des produits monétaires à faible risque ;
  • l’assurance vie multisupport : elle contient des fonds euros et des unités de compte (UC). Les UC désignent des supports financiers à base d’actions, d’obligations, de trackers, etc. Elles ne sont pas garanties en capital et soumises aux fluctuations des marchés, mais offrent un potentiel de rendement plus important.

L’exposition des contrats multisupports aux fluctuations des marchés justifie l’arbitrage progressif. Cette technique de gestion vous permet de réduire les risques liés à votre contrat multisupport en ajustant la répartition de votre patrimoine investi, selon vos objectifs et votre horizon de placement.

Embedded script : CTA - MonPetitPlacement - Placement - 30% remise
Click me

Un support a connu une forte hausse récemment et vous préférez prendre vos bénéfices et vous en retirer ? Des nuages s’amoncellent sur un secteur d’activité et vous préférez vendre vos UC associées ? Au contraire, vous souhaitez investir dans des domaines prometteurs ? Un arbitrage vous permet d’ajuster vos investissements.

Avec l’assurance vie, vous pouvez aussi réaliser le versement progressif de tout ou partie de vos fonds, d’un support plus risqué vers un support plus sûr, lorsque vous approchez de l’âge de la retraite ou si vous souhaitez réduire votre exposition aux fluctuations du marché. Le versement peut se faire d’une unité de compte vers un fonds euros ou inversement, ou encore d’une unité de compte à une autre. Tout est question d’objectif ! Dans tous les cas, une bonne gestion de l’arbitrage vous fait profiter des opportunités des marchés, lorsque la tendance est à la hausse ou à la baisse, pour maximiser votre rendement. Vous pouvez aussi revoir votre plan d’investissement en cas d’évolution de votre situation personnelle.

Assurance vie : arbitrage libre ou automatique ?

Il existe 2 types d’arbitrage pour un contrat d’assurance vie : les arbitrages automatiques et l’arbitrage libre ou ponctuel.

L’arbitrage automatique

Ce type d’arbitrage consiste à opérer de façon automatique des transferts de fonds d’un support vers un autre au sein d’une assurance vie. Les transferts se font sans intervention de la part du souscripteur, ils sont assurés par l’établissement qui gère le contrat.

L’arbitrage automatique de l’assurance vie offre :

  • un gain de temps dans la gestion du contrat d’assurance vie;
  • une optimisation des placements ;
  • une stratégie de gestion conforme aux objectifs et au profil de l’investisseur.

De façon générale, l’assureur laisse à l’investisseur la liberté d’effectuer tous les paramétrages nécessaires sur les arbitrages de son contrat. Ainsi, lors de la souscription de votre contrat d’assurance vie, vous avez l’option de :

  • la périodicité ou la fréquence des transferts ;
  • les montants à transférer ;
  • le nombre d’arbitrage à effectuer ;
  • et les supports (fonds euros ou unités de compte) vers lesquels les fonds sont réorientés.

Les assureurs proposent souvent plusieurs options de gestion des arbitrages dans leurs contrats. Si vous choisissez par exemple l’option dite « versement progressif », votre placement sera transféré, au fur et à mesure, de vos fonds euros vers vos unités de compte pour lisser et sécuriser le portefeuille dans le temps.

L’assurance vie vous permet également de modifier ou suspendre vos paramétrages à tout moment, et à votre demande. Certains contrats d’assurance vie rééquilibrent de manière automatique les supports (unités de compte et fonds euros) suivant un pourcentage de risque préalablement accepté par le souscripteur.

Pour l’investisseur qui souhaite se dégager l’esprit, mieux vaut opter pour un arbitrage de type automatique et une gestion pilotée de son contrat d’assurance vie. Dans la gestion d’un contrat d’assurance vie, le souscripteur a le choix entre 2 types :

  • une gestion pilotée ou par mandat : dans ce type de gestion, c’est une société de gestion ou d’assurance qui reçoit mandat pour gérer le contrat au fil de l’eau, avec des objectifs prédéfinis ;
  • une gestion libre : toutes les décisions sur le contrat sont prises par le souscripteur lui-même.

La gestion pilotée facilite donc l’arbitrage automatique des contrats d’assurance vie.

L’arbitrage libre

En assurance vie, l’arbitrage libre – également appelé arbitrage ponctuel – consiste à effectuer personnellement tous les transferts d’un fonds vers un autre pour optimiser son contrat.

En principe, ce type d’arbitrage se fait dans le cadre d’une gestion libre.

Avec l’arbitrage ponctuel, vous gérez votre capital comme vous l’entendez, en transférant à votre guise tout ou partie de votre épargne d’un fonds d’investissement vers un autre, au sein d’une même assurance vie.

Ce type d’arbitrage en assurance vie comporte néanmoins quelques risques pour le souscripteur, s’il n’a pas une bonne connaissance du fonctionnement des marchés financiers. Pour réaliser de bons arbitrages, des connaissances approfondies en matière financière s’imposent.

À quel moment faut-il effectuer un arbitrage sur son assurance vie ?

Automatique ou libre, l’arbitrage doit répondre à un besoin ou une stratégie d’investissement.

Si vous optez pour un mode d’arbitrage automatique, les transferts de fonds se feront à des moments précis, définis à l’avance.

Le principal paramètre à considérer pour effectuer un arbitrage dans la gestion d’un contrat d’assurance vie reste votre situation (personnelle, professionnelle, etc.). En cas d’évolution ou de changements majeurs sur votre horizon d’investissement (retraite, reconversion professionnelle, changement de statut, etc.), un arbitrage peut s’imposer.

Embedded script : [CTA Simulateur] Profil Investisseur
Click me

À mesure de l’approche de la retraite, ou dans l’optique d’un rachat à moyen terme, beaucoup de souscripteurs optent généralement pour la sécurisation progressive de leur portefeuille. Il est aussi recommandé de réduire les placements dans des fonds risqués lors des crises boursières, ou dans les 4 ou 5 ans précédant la fin prévue du contrat.

Le rachat en assurance vie correspond à l’action de retirer tout ou partie des fonds investis dans votre contrat. La société d’assurance procède au versement des sommes correspondantes. Les gains sont soumis aux impôts.

Selon vos finances et vos projets professionnels, vous pouvez également aller dans le sens inverse en favorisant des supports à haut rendement tels que les unités de compte.

Sauf si la retraite est proche, il est par exemple recommandé de :

  • transférer votre portefeuille vers des unités de compte lorsque la valeur des titres (actions, obligations, etc.) est au plus bas. De quoi augmenter le nombre de titres composant votre portefeuille et d’espérer des plus-values si la valeur augmente ;
  • transférer vos plus-values vers des fonds euros lorsque vous envisagez une sortie imminente de l’assurance vie.

En somme, il n’y a pas de moment parfait pour réaliser l’arbitrage d’une assurance vie. Tout dépend de vous ! D’autant que les fluctuations du marché sont difficiles à anticiper, notamment à court terme. Pour cette raison, il est recommandé de :

  • mettre en place un plan d’arbitrage à moyen ou long terme en tenant compte de vos objectifs et de vos projets personnels ;
  • ne pas se précipiter en cas de tendance à la baisse des titres sur le marché ;
  • être patient et s’inscrire sur le long terme ;
  • prendre en considération les conseils d’un expert.

Comment s'effectue un arbitrage sur son assurance vie ?

Une demande d’arbitrage en assurance vie peut se faire :

  • soit directement depuis l’espace personnel du souscripteur (pour un arbitrage libre) ;
  • par téléphone, courrier écrit ou mail adressé à son conseiller.

Les types d’arbitrage dépendent généralement des contrats d’assurance vie et des assureurs. Ils dépendent aussi des différentes options de versement disponibles dans chaque contrat. À vous de déterminer la répartition d’actifs que vous souhaitez.

Ensuite, il faudra contacter votre assureur ou votre conseiller financier pour formuler la demande d’arbitrage. Celui-ci vous guide sur les procédures spécifiques à suivre, les formulaires à remplir et les délais associés.

Certaines informations doivent être précisées lors de la demande. Il s’agit notamment :

  • du fonds d’origine et du fonds de destination de l’opération de versement ;
  • du montant ou le pourcentage de parts à transférer ;
  • etc.

Concernant le délai de l’arbitrage de l’assurance vie, le code des assurances reste muet. Dans la pratique, il faut compter quelques jours, à compter de la demande, pour que l’arbitrage soit appliqué.

À chaque arbitrage effectué, l’assurance a le devoir d’adresser au client un courrier de confirmation. Cette confirmation peut se faire par mail ou par courrier, en indiquant en outre les frais d’arbitrage prélevés.

Dans la fiscalité de l’assurance vie, seules les opérations de rachat donnent lieu à une imposition. En conséquence, il n’y a pas d’impôt à payer lors d’un arbitrage.

Quels sont les frais appliqués lors d’un arbitrage ?

Selon les assureurs, différents frais peuvent s’appliquer lors de la réalisation d’un arbitrage. Les frais d’arbitrage sont prélevés sur la somme à arbitrer (pour chaque versement). Ces frais peuvent s’appliquer :

  • lors d’un versement ou transfert ponctuel ;
  • lors de la mise en place ou de la modification d’un arbitrage automatique.

Le montant de ces frais ne fait l’objet d’aucun encadrement spécifique. Il varie selon les assurances et la nature de l’arbitrage sollicité. C’est pourquoi le client doit scrupuleusement consulter les conditions générales de son contrat et demander conseil avant de souscrire.

De manière générale, les arbitrages sont facturés soit :

  • au pourcentage, c’est-à-dire en fonction de l’opération : souvent, le taux appliqué varie entre 0,5 et 1 % du montant arbitré ;
  • au forfait : dans ce cas, un prélèvement de frais fixe s’effectue à chaque arbitrage ;
  • par grille : certains contrats prévoient une somme minimale, alors que d’autres proposent un plafond de frais applicables sur chaque transfert.

Pour mieux comprendre le prélèvement des frais d’arbitrage en assurance vie, voici un exemple. Si vous optez pour un arbitrage ponctuel de 5 000 € (d’un fonds euros vers une action cotée) et que votre contrat prévoit des frais d’arbitrage de 2 % plafonnés à 50 € par opération, les frais seront de 100 € (soit 5 000 € x 2 %). Les 100 € étant supérieurs au plafond fixé, la somme de 50 € sera prélevée sur votre transaction. Ainsi, 5 000 euros seront déduits de vos fonds euros, et 4 950 euros seront versés vers vos unités de compte.

Vous pouvez trouver en ligne des contrats d’assurance vie sans frais d’arbitrage. Comparez néanmoins les différentes offres et optez pour celle qui vous correspond le mieux. Scrutez aussi les frais de gestion proposés par ces assureurs en ligne !

Si la gratuité des frais d’arbitrage reste un paramètre à prendre en compte, ce critère ne doit pas être considéré seul. Le choix d’un contrat d’assurance vie dépend de nombreux facteurs, à commencer par le sérieux du gestionnaire.

Embedded script : CTA - MonPetitPlacement - Placement - 30% remise
Click me
  1. Dans la gestion d’une assurance vie, l’arbitrage consiste à réallouer une partie ou la totalité du patrimoine investi, entre les différents supports disponibles.
  2. L’arbitrage vise à profiter des opportunités du marché et à maximiser les performances et le rendement du portefeuille.
  3. L’arbitrage peut être automatique, dans le cadre d’une gestion pilotée de votre contrat d’assurance vie, ou libre. Dans ce cas, vous devrez décider vous-même des transactions.
  4. Il n’y a pas de moment parfait pour un arbitrage sur votre contrat d’assurance vie. Cependant, en cas de changement majeur dans votre profil ou votre situation, il est important d’y songer.
  5. Pour effectuer un arbitrage, formulez-en la demande auprès de votre compagnie d’assurance. Elle vous guidera sur les procédures spécifiques, les démarches et les délais.
  6. Selon les assureurs et les contrats, des frais s’appliquent lors des arbitrages. En revanche, les sommes arbitrées ne sont pas soumises à l’impôt, sauf rachat.

A lire aussi