homme devant une ordinateur portable

Crowdfunding immobilier : ce qu’il faut savoir sur cette stratégie d’investissement

SOMMAIRE

facebook
linkedin
twitter
sharing

Au croisement entre les solutions de finance et l’achat physique, le crowdfunding immobilier est un type de placement équivalent à un financement participatif pour construire ou acquérir une partie d’un bien par l’intermédiaire d’une plateforme digitale. Si cette forme de placement immobilier peut permettre une forte rentabilité aux investisseurs (taux de rendement estimé entre 8 et 12 %), il ne faut pas oublier qu’elle n’est pas sûre à 100 % et que le capital investi n'est pas garanti. Tout dépend du projet financé, du montant investi et de la durée de financement.

Qu'est-ce que le crowdfunding immobilier ? Quels en sont les avantages, les avis et les risques ? Les réponses avec Ooinvestir.

 

Crowdfunding immobilier : de quoi parle-t-on ? 

Crowdfunding immobilier : définition et chiffres

Dans notre société, le crowdfunding immobilier (de l’anglais « crowd » = la foule et « funding » = financement), également connu sous le nom de “financement participatif”, offre aux particuliers et aux professionnels l’opportunité d’investir ensemble dans différents types d’opérations immobilières. Il peut s’agir de projets de construction ou de rénovation, mais aussi d’un projet de viager ou de location.

Les promoteurs et les investisseurs passent pour ce faire par une plateforme 100% digitale afin de participer au financement de diverses opérations immobilières (promotion, achat en bloc, opération de marchand de biens...). 

D’après le baromètre d’Hello Crowdfunding (avril 2020) et en fonction du montant investi, les investisseurs particuliers peuvent espérer un taux de rendement moyen de 9 % sur une durée moyenne de 22 mois. Selon le site PierrePapier cette fois, 536 projets ont été financés durant l’année 2019 avec un ticket moyen par investisseur de 1 581 €. Enfin, pendant l’année 2019 toujours, les Français ont misé sur cette stratégie d’investissement à hauteur de 373 millions d’euros selon le baromètre annuel du crowdfunding en France.

À noter que le financement participatif immobilier, s’il a le vent en poupe, n’est pas sans risque.

Financement participatif immobilier : mécanisme et fonctionnement

Le crowdfunding immobilier regroupe différents acteurs de l’immobilier et de la finance : 

  1. le porteur de projet (les promoteurs dans la majorité des cas) ;
  2. la plateforme de crowdfunding  ;
  3. l'investisseur.

Le porteur de projet finance une partie de son programme en sollicitant l’aide d’investisseurs particuliers. Ces derniers vont alors lui prêter de l’argent pendant une période relativement courte (durée de 6 à 24 mois). En contrepartie, le promoteur client leur garantit un remboursement de leur capital à date fixe ainsi qu’un éventuel bénéfice. Les épargnants décident généralement de passer par des plateformes de crowdfunding pour sécuriser leurs investissements, lesquelles prennent le soin de sélectionner en amont des programmes immobiliers viables.

Deux plateformes (Wiseed et Anaxago Immobilier), concentrent l’essentiel du montant collecté, représentant des millions d’euros.

Ce format de collecte participative et d’investissement apparaît finalement comme une réelle alternative face à la problématique du financement des projets dans la pierre, cette solution demandant un budget nettement moins conséquent que l’achat d’un bien immobilier. Par ailleurs, contrairement à un programme immobilier classique, le montant demandé est bien inférieur et les particuliers peuvent réaliser un investissement dans différentes opérations immobilières. 

Crowdfunding : quelle différence avec le crowdlending ?

En finance et en immobilier, le crowdfunding est souvent associé au crowdlending. Pourtant, il s’agit d’un procédé différent. Le crowdlending permet aux particuliers de financer des programmes immobiliers ou des PME. Davantage associé à un prêt, il sert d'alternative aux banques lorsqu'une entreprise de taille modeste souhaite atteindre un objectif.

Le crowdfunding, quant à lui, a plus une connotation "investissement".

Les avantages et intérêts à recourir au crowdfunding immobilier

Les intérêts de ce type d’investissement immobilier ne sont plus à démontrer et les avis positifs participent à démocratiser ce placement au frontière de la finance et de l’immobilier. Le concept séduit pour de nombreuses raisons.

L’immobilier : le placement préféré en France

En France, les investisseurs ont tendance à se tourner vers la pierre pour placer leur argent et le parc français ne cesse de s’agrandir. À titre d’exemple, en 2019, l’Insee recensait plus de 36 millions de logements en France. Grâce au crowdfunding, les projets sont tangibles et offrent aisément la possibilité de se projeter. 

Un faible montant d’investissement de départ

Participer au financement d’un projet immobilier grâce au crowdfunding ne vous demandera pas de débourser des millions d’euros, au contraire ! Cette forme d’investissement immobilier est en outre accessible au plus grand nombre, avec un montant d’entrée généralement modeste. 

Un haut rendement possible sans les inconvénients d’un investissement immobilier physique

Avec le financement participatif, les investisseurs particuliers peuvent espérer de hauts rendements financiers sur une courte durée, le tout en diversifiant leurs actifs immobiliers et sans avoir de contrainte de gestion. 

Un type d’investissement qui se démocratise

Du côté des professionnels, et notamment des promoteurs, les besoins de financement ne cessent d’augmenter. Il y a donc fort à parier que ce segment de marché se développe dans les années à venir et que de nouvelles plateformes voient le jour.

Comment investir en crowdfunding immobilier ?

Investir en crowdfunding immobilier est relativement simple et est à la portée de tout particulier. Il suffit de sélectionner, sur l’une des plateformes de financement participatif du marché, un ou plusieurs projets dans lesquels vous souhaitez placer votre argent. A titre d’exemples, vous pouvez opter pour : 

  • un projet de promotion immobilière résidentielle pour la construction et la commercialisation de logement destinés à usage d’habitation ;
  • un projet d’immobilier de bureaux pour la construction et l’aménagement de biens destinés à des sociétés ;
  • un placement dans l’immobilier logistique pour la construction et l’aménagement de plateformes ou d’entrepôts ;
  • un programme de promotion immobilière pour la construction de biens à usage commercial ;
  • Un projet d’opération de marchands de biens pour valoriser des actifs immobiliers.

Marché de l’immobilier : les risques du crowdfunding

Il est important de souligner que les placements financiers en crowdfunding ne sont pas sans risque. Tout d’abord, une potentielle faillite du promoteur pourrait remettre en question la commercialisation du projet que vous financez via la plateforme. Auquel cas, il est possible de perdre partiellement ou totalement ses actions ainsi que le capital investi. 

Le risque financier lié à l’environnement (incendie, inondation, catastrophe naturelle…) doit aussi entrer en ligne de compte. Le crowdfunding immobilier est également soumis aux risques liés aux délais et au non-respect des obligations (retards de livraison). La durée de l’opération pouvant être allongée et entraîner des coûts supplémentaires. 

Avec ce type de placement, les investisseurs se doivent enfin d’être au fait du risque d'illiquidité : la revente des titres n'est pas systématique. Elle est incertaine voire impossible dans certains cas. 

Si cet investissement, entre finance et immobilier, présente un risque, il peut être maîtriser en veillant notamment à bien se renseigner en amont sur le promoteur et la plateforme. Il faut par ailleurs vous assurer de maîtriser et bien comprendre le fonctionnement du crowdfunding immobilier.