Photo de bouteilles de vin

Quelle rentabilité pour un investissement dans le vin ?

Sommaire

Difficile d’évoquer un placement sans se poser la question de la rentabilité. Et le vin n’échappe pas à la règle ! Si un investissement de ce type permet de diversifier vos placements, vous devez aussi trouver les meilleures solutions pour bénéficier d’un rendement maximal. Objectif : optimiser votre épargne ou vous constituer un patrimoine pour l’avenir.

Ooinvestir vous décrypte les mécanismes à connaître.

Le vin : un placement rentable ?

Les investisseurs cherchent aujourd’hui à diversifier leurs placements pour limiter les risques. Si l’immobilier caracole toujours en tête des placements - la pierre restant considérée comme une valeur refuge - d’autres solutions moins connues sont néanmoins à envisager...

Un investissement dans le vin représente une bonne solution dans la mesure où, comme pour de nombreux investissements, une rentabilité intéressante se dessine selon le placement sélectionné.

Le site d’enchères en ligne Idealwine a ainsi comparé l’évolution de la valeur des vins avec le cours du CAC40. Bonne nouvelle : si vous avez investi dans le vin, un placement de ce genre peut offrir une rentabilité supérieure à celle des placements financiers traditionnels.

Un rendement qui varie selon la nature de votre investissement

En matière d’investissement dans le vin, les solutions sont diverses, ce qui permet de les adapter à tous les types d’investisseurs. De quelques dizaines d’euros à plusieurs dizaines de milliers d’euros, chacun peut investir dans le vin pour diversifier ses placements. Naturellement, toutes les solutions n’offrent pas la même rentabilité.

L’achat de grands crus en primeur

Cette solution consiste à acheter des bouteilles de vin avant même l’embouteillage pour vous constituer une cave. L’objectif : acheter des bouteilles moins chères et miser sur des vins de qualité. Le choix du millésime et du domaine seront importants si vous souhaitez réaliser une très belle plus-value à la revente.  

Il est nécessaire de posséder une bonne connaissance du marché du vin pour faire les bons choix et acheter au bon prix. Le prix de certaines bouteilles peut s’envoler : cet investissement dans le vin peut se révéler rentable. Il reste toutefois assez hasardeux. Difficile de déterminer avant même que le vin ne soit mis en bouteille s’il s’agira réellement un d’un grand cru qui prendra de la valeur…

La rentabilité de votre investissement est liée à la qualité de la conservation de votre vin. Assurez-vous qu’il bénéficie des meilleures conditions pour prendre de la valeur.

L’investissement dans une cave patrimoniale

Il reprend le principe de l’achat de grands crus en primeur. La différence réside dans la gestion de vos bouteilles de vin. Cette fois, c’est la société d’exploitation, c’est-à-dire la cave patrimoniale, qui prend en charge la gestion globale de votre investissement. Elle fait l’acquisition des bouteilles de vin, les conserve et les revend.

Ce placement - généralement accessible à partir de 10 000 € - permet de déléguer la gestion de votre investissement à des professionnels du vin, ce qui augmente le niveau de garantie, et rend cet investissement dans le vin potentiellement plus rentable.

Cavissima, spécialiste de l’investissement dans le vin, constate une rentabilité de 16 à 22 % sur 80 % des transactions observées auprès de ses services pour 3 à 4 années de détention. 

L’investissement dans un groupement foncier viticole (GFV)

Cet investissement dans le vin consiste cette fois à acheter des parts d’un groupement foncier viticole. Une fois par an, vous percevez un revenu sous forme de loyer ou de bouteilles de vin issues de la propriété.

Il est possible d’acheter des parts à partir de 1 000 euros environ. Le taux de rendement de cet investissement est situé entre 1 et 4 % en moyenne.

Le faible rendement s’explique par la fiscalité de cet investissement dans le vin. Les groupements fonciers viticoles entrent dans la catégorie de la fiscalité immobilière. Votre investissement est ainsi soumis à l’IFI (impôt sur la fortune immobilière), même si des avantages sont proposés. En effet, la valeur des parts est exonérée d’IFI à hauteur de 75 % dans la limite de 101 897 €, puis à hauteur de 50 % pour un montant supérieur.

D’autre part, les revenus perçus sont considérés comme des revenus fonciers et sont à ce titre imposables. Pour des revenus annuels inférieurs à 15 000 €, vous pouvez opter pour le micro-foncier, un régime fiscal qui permet de bénéficier d’un abattement de 30 %.

Investir dans le vin de France : une bonne idée pour votre rentabilité ?

Le marché du vin français est très dynamique. Le vin produit dans nos régions est reconnu dans le monde entier et est particulièrement apprécié. En 2019, 13 milliards d’euros de chiffre d’affaires ont été réalisés à l’export. Bordeaux, Bourgogne, Côte du Rhône, vin d’Alsace ou vins de Loire, la France propose des vins millésimés de grande qualité. Chaque région a ses spécificités et ses amateurs, les investisseurs n’ont que l’embarras du choix. De plus, la consommation de vin ne tarit pas. En France, 3,5 milliards de bouteilles de vin ont été consommées en 2019 selon la même étude.

Si la rentabilité de votre investissement dans le vin est plus ou moins importante selon le type d’investissement, force est de constater que le vin est un produit de luxe. Un vin millésimé mis en bouteille au château et conservé dans une cave peut prendre de la valeur année après année pour atteindre un prix de vente tout à fait incroyable.

Preuve de la qualité du vin de France, dans le classement 2021 des 10 meilleurs vins du monde figurent 9 grands crus français. Les chiffres donnent le vertige et pourraient inspirer des  investisseurs :

  • Domaine Leroy, Musigny grand cru : 27 720 € ;
  • Domaine de la Romanée-Conti, Romanée-Conti grand cru : 18 521 € ;
  • Leroy Domaine d’Auvenay, Chevalier-Montrachet : 17 390 € ;
  • Henri Jayer, Cros Parantoux : 14 230 € ;
  • Egon Müller Scharhofberger, Riesling Trockenbeerenauslese : 13 600 € ;
  • Domaine Georges et Christophe Roumier, Musigny grand cru : 13 180 € ;
  • Domaine Leflaive, Montrachet grand cru : 10 880 € ;
  • Domaine Leroy, Chambertin grand cru : 10 620 € ;
  • Domaine Jean-Louis Chave, Ermitage cuvée Cathelin : 7 719 € ;
  • Domaine de la Romanée-Conti-Montrachet grand cru : 7 690 €.

Naturellement, si ces chiffres font rêver, le marché du vin n’est pas homogène. La vaste majorité des cuvées ne rencontrent pas le même succès. Au même titre qu’un placement en bourse lorsque vous achetez des actions, qu’un investissement immobilier ou qu’une souscription d’assurance-vie, il existe un risque pour votre argent et la rentabilité peut fortement varier d’un placement à l’autre.

Si le vin fait partie des 10 placements préférés des Français, il s’agit d’un investissement très spécifique qui nécessite une connaissance particulière du marché du vin. Pour espérer un rendement correct, l’accompagnement de professionnels spécialistes de l’investissement patrimonial vinicole peut s’imposer pour faire les meilleurs choix.

  1. Le rendement d’un investissement dans le vin est très variable selon le type d’investissement (de 1 à plus de 20 %).
  2. Un investissement dans le vin nécessite une bonne connaissance des vins millésimés et des grands crus pour acheter la bonne bouteille.
  3. Le vin fait partie des 10 placements préférés des Français mais nécessite quelques connaissances.
icon
Obtenir mon étude personnalisée Pinel
  • Investissement immobilier
  • Jusqu'à 63 000€ de réduction d'impôt
  • Réduction d'impôt sur 12 ans
Lancer mon projet
Conseils
Lancer mon projet

À lire aussi

Haut de page