champs de vignes

Achat de vignes : une solution idéale pour enrichir son patrimoine

SOMMAIRE

facebook
linkedin
twitter
sharing

Les vignes sont des actifs tangibles anti-crise qui constituent une solution alternative ou complémentaire à l’immobilier traditionnel. Le vin est ancré dans le patrimoine culturel et gastronomique de la France et investir dans un ou des vignobles est une option idéale pour diversifier son patrimoine. L'investissement viticole est une valeur refuge qui comprend de nombreux avantages, mais aussi une part de risque. Petit tour d’horizon de cette stratégie d’investissement atypique avec Ooinvestir.

Vignes : pourquoi et comment investir dans un domaine ou une exploitation ?

Placer ses économies dans les vignes permet de diversifier ses produits d’épargne. Ce type d’investissement s’adresse particulièrement aux amateurs de vin et à celles et ceux qui détiennent déjà un patrimoine immobilier et souhaitent effectuer un placement atypique.

L’achat d’un domaine ou d’un exploitation viticole nécessite bien souvent des connaissances spécifiques en œnologie et relève de l’entrepreneuriat, mais si vous n’êtes pas vigneron, ni œnologue sachez que vous pouvez tout de même concrétiser votre rêve de détenir des vignes en achetant des parts au sein d’un groupe foncier viticole (GFV). En effet, ce type de placement s’effectue majoritairement en France via ces sociétés civiles. 

Créées par la loi no 701299 du 31 décembre 1970, les groupements fonciers viticoles ou GFV sont spécifiquement dédiés à la viticulture et proposent à un nombre limité d’investisseurs de placer leur argent dans un vignoble. Afin de soutenir la filière, les domaines sont confiés à un exploitant. Celui-ci se chargera de gérer les vignes sur les hectares qui composent le domaine tandis que les GFV font bénéficier les porteurs de parts d’une rémunération numéraire annuelle (ou sous forme de bouteilles de vin), proportionnelle au montant de leur investissement.

Avantages et inconvénients d’un achat de vignes

Atouts d’un achat de parts viticoles

Tout d’abord, le coût de l’investissement est moindre par rapport à un investissement immobilier classique qui demande lui un capital de départ beaucoup plus important. Les GFV proposent en effet, des tickets d’entrée oscillant entre 5 000 € et 50 000 € (voire plus selon les domaines d’exploitation).

L’achat de vignes permet d’investir dans des crus sans avoir à exploiter soi-même le vignoble de manière active. Il s’agit d’un investissement haut de gamme qui offre la possibilité de devenir propriétaire d’appellations viticoles de prestige en France comme Vieux Château Gaubert, Pessac Leognan AOC, Châteauneuf du Pape…

Investir dans des vignes permet de placer son argent dans un marché plaisir, en pleine croissance et à fort potentiel. En effet, avec le développement des pays émergents comme le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine, la France connaît une hausse de la demande et est aujourd’hui le premier exportateur de vins à travers le monde. Les ventes devraient aussi bien exploser dans les prochaines années.

En termes de fiscalité, la détention de parts de GFV donne droit à une exonération partielle de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI). La valeur des parts est exonérée à hauteur de 75 % dans la limite de 101 897 €, puis de 50 % au-delà de ce seuil.

Embedded script : [CTA Leads] Je réduis mes impôts
Contacter un expert >>>

Acheter des vignes est également une excellente solution de transmission patrimoniale qui bénéficie d’une exonération partielle des droits de donation et de succession.

Enfin, l’achat d’un vignoble ou d’une exploitation viticole est susceptible de dégager des plus-values à la revente, la côte des vignes ayant été multipliée par 2 depuis 20 ans, selon les sociétés d’aménagement foncier et rural (SAFER).

Pour bénéficier d’une exonération totale sur la plus-value en cas de revente des parts, vous devrez attendre 30 ans. Néanmoins, selon l’article 150Abis à 150 VH du Code général des impôts, si le prix de vente de la cession ne dépasse pas les 15 000 €, vous bénéficierez de cette exonération, même avant la fin de la période d’engagement. 

Risques et inconvénients

Le prix des hectares de vignes d’appellation d’origine protégée (AOP) ont augmenté ces 10 dernières années de presque 45 % tandis que d’autres, hors AOP, ont été dévaluées de moitié ! Si le potentiel de plus-value des bonnes parcelles à long-terme est intéressant, sa revalorisation n’est pas garantie

Du reste, le rendement peut être faible certaines années, car les récoltes dépendent d’un phénomène non-maîtrisable : la météo. D’une année à l’autre, le gel, la grêle, la sécheresse ou les inondations peuvent affecter les vignes et avoir des conséquences dramatiques sur la production de vin. Par ailleurs, l’activité viticole est assez gourmande en capitaux pour une rentabilité qui varie de 1 à 4 % selon les domaines, et fluctue selon le cours du vin.

En sus de l’investissement de départ, il faut aussi prévoir, dans le temps, d’injecter des fonds supplémentaires pour renouveler le matériel de production, rénover des bâtiments techniques, recruter des experts…Un coût qui peut donc avoir une véritable incidence sur vos revenus.

Par conséquent, investir dans les vignes n’est pas seulement un placement plaisir mais aussi un excellent moyen de diversifier son patrimoine et vise une stratégie d’investissement à long terme, la durée minimale du bail étant de 18 ans. 

Quelle est la fiscalité applicable ?

Lors d’un achat de parts auprès d’un GFV, les revenus générés et perçus seront taxés selon le régime micro-foncier jusqu’à 15 000 €. Cette fiscalité permet d’obtenir un abattement forfaitaire de 30 %. 

Dans le cas où les revenus fonciers excéderaient le plafond, ils seraient taxés, après abattement des impôts fonciers, frais de gestion et charges déductibles, au régime réel d’imposition dans la catégorie des revenus fonciers. Le cas échéant, si le montant de la cession est inférieur à 15 000 €, les détenteurs de parts se soustraient à l’impôt sur les plus-values.

Embedded script : [CTA Leads] Je réduis mes impôts
Contacter un expert >>>

 

Réussir son investissement dans la vigne

Notoriété, emplacement, réputation du domaine viticole, perspectives de développement, tous sont des critères essentiels à prendre en considération pour choisir son groupement foncier viticole (GFV). Pour mener à bien son projet d’investissement dans la vigne, il est également  important d’être accompagné par un expert connaissant parfaitement le secteur.

  1. Pour diversifier son épargne, enrichir son patrimoine et bénéficier d'économies sur vos impôts, investir dans un vignoble ou un domaine d’exploitation viticole est une option à fortement envisager. 
  2. Ce type de placement s’effectue majoritairement via un investissement dans un groupement foncier viticole (GFV). En tant qu’investisseur, vous achetez des parts de cette société pour investir dans un vignoble tandis que l’exploitation du domaine est entièrement déléguée. 
  3. L’investissement en GFV s’adresse à un large panel de particuliers car il est accessible dès 5 000 €, permettant ainsi à de nombreux investisseurs de profiter d’un placement porteur, la filière viticole étant en pleine croissance. 
  4. Investir dans la vigne en France présente aussi des avantages pour vos impôts. Notamment, la détention de parts au sein d’un groupement foncier viticole (GFV) vous donne droit à une exonération partielle de l’IFI (impôt sur la fortune immobilière). 
  5. Investir dans un ou plusieurs vignobles n’est toutefois pas sans risque. La météo peut avoir un impact direct sur la rentabilité de votre investissement et des coûts supplémentaires peuvent être à prévoir.